Les films en compétition

Pour cette 14ème édition, l’équipe du festival propose une programmation à la fois riche et variée, à la l’image des cinémas d’Afrique d’aujourd’hui : 24 courts métrages issus de 12 pays seront à l’affiche du week-end de compétition les 15, 16 et 17 février 2013, en présence de plusieurs réalisateurs.

Mwana’a Congo

de Nadège BATOU, Congo-Brazzaville,  2011, 8min.
Interrogation de la réalisatrice sur son avenir de cinéaste en Afrique.

Dooz

de Michel RADONIRINA, Madagascar, fiction, 2012, 10min.
Yakoub, un garçon passionné par les animaux, consacre la majeure partie de ses journées en compagnie de ses amis Phillip et Rado.

Baba Noël

de Walid MATTAR, Tunisie, fiction, 2012, 15min.
Entre les chantiers où il travaille clandestinement et l'appartement qu'il squatte avec d'autres sans-papiers, Foued vit dans la peur d'être arrêté. Jusqu'au jour où on lui propose un travail bien payé avec l'assurance de rester invisible.

La première fois

de Gérard Désiré NGUELE, Cameroun, fiction, 2012, 9min.
Rencontre atypique entre un homme au soir de l'âge et un adolescent qui s'apprête à entrer dans le vie… sexuelle.

Djèneba

de Inaissa TOURE, Mali, documentaire, 2012, 10min.
Une jeune femme de dix-neuf ans, la réalisatrice, s'interroge sur Djénéba, une jeune femme du même âge. Djénéba n'est pas comme les autres. Cela fait longtemps que toute trace d'innocence a disparu de son visage. Djénéba a la responsabilité de sa famille et pour subvenir à ses besoins, elle n'a qu'un seul moyen, se prostituer.

Brûleurs

de Farid BENTOUMI, France/Algérie, fiction, 2011, 15min.
Armé d'une caméra amateur, Amine, un jeune oranais, filme les traces de son voyage vers l'Europe.

Mollement, un samedi matin

de Sofia DJAMA, Algérie, fiction, 2011, 28min.
Un soir à Alger, Myassa est victime d'un violeur qui bande mou. De retour chez elle, elle ne peut pas se doucher, la plomberie est défaillante. Elle a deux priorités : porter plainte et trouver un plombier. Elle se retrouve face à son violeur.

Darkanoïd

de Ando RAMINOSON, Madagascar, fiction, 2012, 7min.
Antananarivo 2020. Le docteur Akkademus est ravagé par la culpabilité. Il avait réussi à programmer une nouvelle génération de robots mais ces derniers sont devenus totalement hors de contrôle et menacent de détruire la race humaine. Quelques années plus tard, les robots traquent le dernier être humain à Antananarivo. Celui-ci tente de leur échapper en sillonnant les rues de la capitale – en ruines – et découvre un hangar désaffecté. Ce qu’il va y trouver s’avèrera être bien plus important que de simples machines abandonnées.

Bahari

de Ahmed GHONEIMY, Egypte, fiction, 2011, 13min.
Tensions sociales à Bahari, quartier pauvre d'Alexandrie. Un jeune étudiant ose se promener dans les mauvaises rues.
Une nuit, Amr erre seul dans les rues de Bahari, banlieue marginale à l'Est d'Alexandrie. Alors qu'il collecte des images pour un projet d'art, il se retrouve à filmer un groupe d'enfants qui jouent. Deux personnes du quartier sont outrées par l'attitude d'Amr.

A Resident of the City

de Adham EL SHERIF, Egypte, fiction,  2011, 15min.
Dans la ville, certains mènent des vies de privilégiés alors que d'autres font un travail pénible. Entre les deux, il y a ceux qui vivent des existences misérables, mais qui sont libres. Une vie de chien dans la capitale égyptienne…

Subsistence

de Henry UYS, Afrique du Sud, fiction, 2011, 12min.
Un jeune homme revient dans sa ville natale pour rendre visite à son père. Dès son arrivée, il découvre que la ville est exsangue, et que son père possède la seule source d'eau potable. Le pouvoir a changé son père en tyran, et le jeune homme doit décider comment agir face à ce dilemme.

Comment recadrer un hors-la-loi en tirant sur un fil

de Lamine AMMAR-KHODJA, Algérie, fiction, 2010, 20min.
Un Algérien rencontre une Algérienne dans un champ vert, un manouche sur un banc bleu, un Allemand dans un champ de ruines. Et au lieu d'un film sur l'identité, il comprend « lis ton idée ». Non loin de là traîne le débat sur l'identité nationale.

Fluorescent sin

de Amirah TAJDIN, Kenya, fiction, 2011, 8min.
Un drag queen en dépression nerveuse soliloque dans la gare ferroviaire de Nairobi.

Brebis galeuse

de Alain RAKOTOARISOA, Madagascar, documentaire, 2012, 20min.
Andavamamba Anjezika II, bidonville d'Antananarivo, 2012. Alain Rakotoarisoa film le quotidien de Sily un père de famille luttant pour leur survie dans un quartier abîmé par la violence, la drogue et la misère. Immersion dans un monde marginal, scarifié par la société, il arrive à prendre position pour soutenir sa famille malgré la mauvaise image de son travail.

Conter les feuilles des arbres

de Nantenaïa et Eva LOVA, Madagascar, fiction, 2012, 4. 30min.
Un moment de rêve, de jeux et d'insouciance dans la vie de trois enfants : un instant qui laisse entrevoir leur perception de l'argent et de la politique.

L’Mrayet

de Nadia RAIS, Tunisie, animation, 2012, 12min.
Bou Mrayet est né dans un univers où les êtres portent des lunettes dès leur naissance. Devenu adulte, il s'engage dans une firme chargée d'écrire le futur afin qu'il ne leur échappe plus. Un jour, Boum prend conscience et ôte ses lunettes pour la première fois depuis sa naissance. Il réussit à avertir tous les fonctionnaires. Ils quittent leur bureau, ce qui déclenche le renversement de tout le système.

The Curse

de Fyzal BOULIFA, GB/Maroc, fiction, 2012, 16min.
Quelque part au Maghreb, Fatine, jeune femme en âge d’être mariée fait l’amour avec un homme à même le sol, sur un tissu déposé sur la roche en plein “désert”. Avant que celui-ci s’en aille, elle lui fait promettre qu’il reviendra la chercher pour un ailleurs plus confortable. A leur insu, un jeune garçon assiste à la scène.

Une si belle inquiétude

de Brahim FRITAH, France/Maroc, expérimental, 2011, 12min.
L'ange est là, à côté des étoiles, je l'entends faire éclater les yeux de mon bonheur… A cette époque, des prophètes en tous genres annonçaient un miracle… Puis la lumière fut…

Dolls

de Mohammed OUDGHIRI, Maroc, fiction, 2012, 6min.
Deux soeurs de 12 ans vivent avec leur père dans un petit village au Maroc, jusqu'au jour où un homme vient demander l'une d'elles en mariage.

Laar

de Alpha SADOU GANO, Sénégal, documentaire, 2011, 20min.
Dans ce film à deux têtes pensantes, on trouve à la fois la rigueur d'un dispositif scrupuleusement respecté et ce qui, sur cette ossature solide, vient rajouter de la vie, de la vibration : des panoramiques sur des terrains de foot informels à Keur Massar, à l'est de Dakar, et le commentaire à la fois érudit et humble qui souligne ce qu'il y a à voir au-delà de la première évidence des images. Plus qu'un sport de ballon, une leçon de géographie humaine.

Enate Nesh

de Helen TEKESTE, Erythrée, documentaire, 2012, 3min.
« J'ai fait ce film à l'université, en tant que projet d'étude, dans un cours intitulé l'autre cinéma. Le but de ce cours était de faire un film basé sur une expérience personnelle. Ce film est très spécial pour moi car il est dédié à ma mère qui n'est plus de ce monde. J'ai fait ce film en pensant à elle et à l'une des choses qui me la rappellent : la cérémonie traditionnelle du café. J'ai également écrit le texte et c'est cela aussi qui rend mon projet unique ».

Burn my body

de Fyzal BOULIFA, GB/Maroc, fiction, 2010, 20min.
Hana fait le choix radical d'enlever son foulard et s'expose aux violentes conséquences de son geste.

La Photographie

de David RANDRIAMANANA, Madagascar, fiction, 2012, 18min.
Une vieille dame a reçu une lettre de son petit fils. Qui lui fixe un rendez-vous. Elle l'attend pour aller chez le photographe. Elle attend …

Yellow Fever

de Mukii NG'ENDO, Kenya, animation, 2012, 7min.
Une exploration du « sentiment d'être mal à l'aise ». « Je suis intéressée par les concepts de peau et de race et ce qu'ils impliquent, par les idées et théories gravées dans nos chairs qui changent au fil du temps. Dans mon film, je me concentre sur l'image que les femmes africaines ont d'elles-mêmes, à travers leurs mémoires et leurs récits, utilisant plusieurs media pour décrire notre quête quasi-schizophrène de la beauté mondialisée ».

zp8497586rq