Palmarès du 14ème festival CinéSud

 

Prix du Jury (doté par la ville de Saint-Georges-de-Didonne) :

The Curse, de Fyzal BOULIFA, Maroc/Royaume-Uni, fiction, 2012, 16min.

Quelque part au Maghreb, Fatine, jeune femme en âge d’être mariée fait l’amour avec un homme à même le sol, sur un tissu déposé sur la roche en plein “désert”. Avant que celui-ci s’en aille, elle lui fait promettre qu’il reviendra la chercher pour un ailleurs plus confortable. A leur insu, un jeune garçon assiste à la scène.

The Curse, de Fyzal Boulifa

 

Mention du Jury :

Enate Nesh, d’Helen TEKESTE, Erythrée, documentaire, 2012, 3min.

« J’ai fait ce film à l’université, en tant que projet d’étude, dans un cours intitulé l’autre cinéma. Le but de ce cours était de faire un film basé sur une expérience personnelle. Ce film est très spécial pour moi car il est dédié à ma mère qui n’est plus de ce monde. J’ai fait ce film en pensant à elle et à l’une des choses qui me la rappellent : la cérémonie traditionnelle du café. J’ai également écrit le texte et c’est cela aussi qui rend mon projet unique ».

Enate Nesh, de Helen Tekeste

 

 ________________________________________

 

 

Prix du public (doté par l’association Festival Plein Sud) :

The Curse, de Fyzal BOULIFA, Maroc/Royaume-Uni, fiction, 2012, 16min.

Quelque part au Maghreb, Fatine, jeune femme en âge d’être mariée fait l’amour avec un homme à même le sol, sur un tissu déposé sur la roche en plein “désert”. Avant que celui-ci s’en aille, elle lui fait promettre qu’il reviendra la chercher pour un ailleurs plus confortable. A leur insu, un jeune garçon assiste à la scène.

 

________________________________________

 

 

Prix du Jury lycéen (doté par le centre Leclerc de Royan) :

Mollement, un samedi matin, de Sofia DJAMA, Algérie, fiction, 2011, 28min.

Un soir à Alger, Myassa est victime d’un violeur qui bande mou. De retour chez elle, elle ne peut pas se doucher, la plomberie est défaillante. Elle a deux priorités : porter plainte et trouver un plombier. Elle se retrouve face à son violeur.

Mollement, un samedi  matin, de Sofia Djama

 

 

Mention du Jury lycéen :

A Resident of the City, d’Adham EL SHERIF, Egypte, fiction, 2011, 15min.

Dans la ville, certains mènent des vies de privilégiés alors que d’autres font un travail pénible. Entre les deux, il y a ceux qui vivent des existences misérables, mais qui sont libres. Une vie de chien dans la capitale égyptienne…

A Resident of the City, de Adham El Sherif